Financement

La mutualisation départementale

Le principe de solidarité entre tous les adhérents est la principale conviction de VALODEA. Ce principe est appliqué au travers d’une égalité des tarifs de traitement obtenue via la péréquation départementale. Tous les EPCI, quelque soit leur taille, font l’objet d’un traitement identique tant dans la tarification que dans la qualité de service rendu. Elles sont soumises aux prescriptions liées à la péréquation et à l’obligation de tarif unique.

La facturation s’effectue à la tonne de déchets produits, ce qui  incite évidemment à limiter la production de déchets.

Ce procédé de facturation permet à VALODEA de mettre en place une péréquation départementale des tarifs de traitement. De ce fait, les collectivités ardennaises ont l’assurance d’être traitées équitablement, sur la base de prestations et de tarifs identiques. Cette facturation s’effectue à la tonne de déchets produits, ce qui incite évidemment à limiter la production de déchets. Ce schéma trouve néanmoins ses limites dans les délais de paiement parfois excessifs des collectivités adhérentes qui peuvent générer, pour VALODEA, des intérêts moratoires. Pour y remédier, il a été fait appel, dans un premier temps, à une ligne de trésorerie ouverte auprès d’un organisme bancaire. Dans un second temps, les élus ont souhaité la constitution d’une trésorerie suffisante, représentant un mois de facturation de manière à ne plus faire appel à la ligne de trésorerie.

Recevoir la newsletter de Valodea
Actualités, événements, astuces sur les déchets ardennais